« Le système immunitaire et l’endométriose ». Le dogme de la défaillance immunitaire réfuté par le Dr David Redwine

Après des années de vulgarisation, en 2011, j’ai traduit et publié deux textes écrits par le Dr David Redwine, dont l’incontournable et synthétique « Redéfinir l’endométriose à l’âge moderne ».

Lisez aussi les traductions, postées récemment, de travaux dans lesquels le Dr David Redwine déconstruit point par point tous les dogmes, à commencer par la théorie de Sampson sur la cause de l’endométriose. C’est le dogme fondateur de l’évangile de l’endométriose chronicisée, car justifiant des stéréotypes tels que maladie féminine, liée aux règles, incurable et chronique puisque recommençant chaque mois avec les règles… Et si l’endomètre reflué s’implante, ce serait à cause d’une défaillance immunitaire locale et même systémique. Réfuter ces allégations (ayant elles aussi des conséquences sur la prise en charge) est l’objet du texte du Dr David Redwine posté après mon introduction : « Le système immunitaire et l’endométriose ».

D’autres textes récemment publiés en traduction française expliquent la cause de l’endométriose, par les anomalies congénitales (restes embryonnaires) relevant de la mülleriose. Puis il y a les textes abordant en détail la suite logique de cette compréhension scientifique de l’endométriose : le traitement possible par une certaine technique chirurgicale d’exérèse; textes prouvant l’inefficacité des traitements hormonaux et d’autres techniques chirurgicales. Tous ces écrits indispensables sont accessibles en descendant sur cette page (catégorie « endométriose »).

Continuer la lecture de « Le système immunitaire et l’endométriose ». Le dogme de la défaillance immunitaire réfuté par le Dr David Redwine

Androgènes et autres traitements hormonaux de l’endométriose : risque augmenté de cancer de l’ovaire

Réponse à des questions sur des posts promouvant la testostérone et autres androgènes en endométriose et retour sur le rôle des traitements hormonaux dans la transformation de l’endométriose en cancer, notamment ovarien.

En juillet 2007, je donnais l’alerte sur les constats d’une multiplication par 3,2 du risque que les femmes souffrant d’endométriose traitées par des androgènes (testostérone, Danazol, Androcur…) développent un cancer épithélial de l’ovaire. L’étude suédoise citée dans l’une de mes lettres évoque aussi une légère augmentation du risque de 1.4 sous traitement de l’endométriose par Enantone / Lupron et par Synarel, les deux agonistes GnRH étudiées.

Je reviens sur le lien entre (traitements de l’) endométriose et cancers, dans une mise à jour postée après la lettre et donnant des références. Et si l’on rajoute le risque, connu pour Androcur et d’autres, de provoquer ou d’accéler la croissance de méningiomes, les risques hépatiques, neurologiques, psychiatriques, endocriniens…

N’est-il pas plus logique d’écarter tous les médicaments à l’efficacité jamais prouvée et ayant tant d’effets indésirables (cf. chapitres 1, 3 et 13 de mon livre ouvert, etc.), y compris des effets contre-productifs sur la chirurgie ? Les écarter et traiter l’endométriose par chirurgie d’exérèse radicale conservant les organes, sans médicaments et faite en respectant toutes les conditions maximisant le succès ?

Continuer la lecture de Androgènes et autres traitements hormonaux de l’endométriose : risque augmenté de cancer de l’ovaire

Mon alerte officielle de 2007 sur les pratiques françaises délétères et les effets indésirables des médicaments traitant endométriose, fibromes, puberté précoce, cancers, infertilité…

Les textes sur l’endométriose sont accessibles par la liste des catégories (colonne de droite ou bas de page, en descendant sur cette page).

Je me suis formée depuis la fin des années 90 sur l’endométriose ; devenue invalide à cause d’Enantone et avec un parcours très proche de celui de toute femme ayant une endométriose sévère non diagnostiquée puis subissant beaucoup d’interventions, y compris de la chirurgie lourde; ayant trouvé beaucoup d’informations indispensables à l’étranger (par mes recherches et en travaillant depuis le début des années 2000 avec des personnes et organisations de sept pays), j’ai décidé d’apporter toutes ces informations en France aussi, d’en parler partout, en libre accès.

Sur l’endométriose vue dans toutes ses dimensions mais aussi sur les effets indésirables des médicaments à l’efficacité jamais prouvée mais largement prescrits car promus au moyen de fraudes, lobbying et conflits d’intérêts, aussi dans d’autres maladies. Cela est devenu mon principal combat, avec l’essai de donner des outils de compréhension et connaissance sur toutes les tares du système de santé. La liste de catégories donne une idée des sujets abordés dans les 800 articles (et continués parfois dans les commentaires).

Après une exposition de l’absence totale d’information au début des années 2000 et l’évocation rapide de mon engagement, je reprends l’une des longues lettres détaillées par lesquelles j’ai été lanceur d’alerte auprès des autorités sanitaires. J’évoque brièvement les résultats obtenus et la façon dont ces alertes ont été (mal) reprises.

Continuer la lecture de Mon alerte officielle de 2007 sur les pratiques françaises délétères et les effets indésirables des médicaments traitant endométriose, fibromes, puberté précoce, cancers, infertilité…

L’exérèse radicale sans médicaments, seul traitement efficace de l’endométriose, occulté par le business. Propos du Dr Harry Reich

Article mis à jour le 3 juillet 2017.

Après un rappel des conceptions majeures que le Dr Harry Reich partage ainsi que de leurs conséquences thérapeutiques contrastant avec les pratiques actuelles, je rends compte en détail d’un échange filmé entre les Drs Harry Reich et Paul Indmann. Exérèse radicale conservant les organes et sans médicaments. D’autant que « Enantone, c’est zéro ». Les médicaments n’ont aucune efficacité en endométriose.

Mise à jour sur la désinformation et ses conséquences : Outre cet article, il faut lire mon livre en libre accès paru fin 2016 et complété jusqu’en février 2018 ainsi que les articles donnés en lien à partir de lui. 

Continuer la lecture de L’exérèse radicale sans médicaments, seul traitement efficace de l’endométriose, occulté par le business. Propos du Dr Harry Reich