Tribune : « Madame la ministre, libérez l’avortement ! Libérez les femmes des abus de pouvoir médical ! »

NdR: Le 4 avril 2019, Libération a publié cette tribune en réaction à l’actualité, et notamment aux pressions exercées par les gynécologues et obstétriciens. Qui prennent en otage les (droits des) femmes. Comme souvent. Je suis honorée de faire partie des premières dizaines de signataires et espère que nous serons nombreuses et nombreux à la faire connaître. Pour que cessent enfin ces habitudes choquantes des professionnels de santé. La médecine souffre d’une misogynie toujours fortement exprimée, que ce soit à travers des doctrines sexistes instrumentalisant l’anatomie et les corps, à travers les préjugés tacites ou à travers les violences gynécologiques et obstétricales qui en découlent. La psychanalyse est du pain béni pour décomplexer l’expression des rapports de force qui marquent toute l’histoire de la profession de gynécologue. Au détriment des femmes et de leur santé. Elena Pasca

Lire la suite »

Colloque pour une recherche scientifique responsable, le 6 avril 2018, par Sciences Citoyennes

L’association Sciences Citoyennes a publié en 2015 un Manifeste pour une recherche scientifique responsable (accessible sur cette page) “appelé à interpeller et à encourager le débat concernant les finalités de la recherche, les moyens de les mettre en oeuvre et les responsabilités individuelles et collectives”.

Lire la suite »

La contestation sociale ne doit pas être bâillonnée ! Rappel de la pétition contre les poursuites-bâillon par l’Ordre des médecins. Urgence d’une loi anti-SLAPP

Commentaires et liens à la fin sur la pétition, l’alerte par le Dr Dominique Huez et les poursuites-bâillon à son encontre, etc. Il est urgent d’adopter une loi anti-SLAPP, anti-procédures bâillon, qui s’appliquerait évidemment dans tous les domaines, pour protéger lanceurs d’alerte, journalistes, etc.
*
Communiqué de presse de l’organisation Convergence Nationale des Collectifs de Défense et de Développement des Services publics

convergencenationale.png


Paris le 1er mars 2018

Lire la suite »

Appel à la fraternité laïque : Ne laissons pas mourir Mohamed Louizi ! Signons la pétition de l’UFAL

L’Union des familles laïques UFAL a mis en place, le

Mohamed Louizi,musulmans laïques,Plaidoyer pour un islam apolitique, Mohamed Louizi grève de la faim, appel UFAL mohamed Louizi, Islam apolitique,Frères musulmans en France, Frères musulmans Louizi, islamisme analyse critique, Islam politique critique, Islam politique France, entrisme islamisme, islamisme élus français, Macron Islam, Islam clientélisme, islamisme politiques locales, Islam politique influence France, laïcité vs Islam politique, République laïque danger islamisme

19 février 2018, une pétition pour soutenir Mohamed Louizi, qui peut être signée sur cette page:
Voici le texte de la pétition, appel à la fraternité avec cet homme qui a pris des risques pour nous livrer des analyses détaillées et lucides sur les défis inédits auxquels notre démocratie est confrontée et aux conséquences de l’inaction des politiques et de la désinformation par la plupart des media.


Au vu de son engagement, il est encore plus légitime de manifester notre solidarité avec notre concitoyen, lui apportant ainsi le soutien moral – et un soutien financier pour les frais d’avocat et de justice, pour ceux qui peuvent participer à la cagnotte Leetchi – dont il a besoin.


Nous ne pouvons pas rester indifférents face aux injustices que Mohamed Louizi subit pour avoir agi en lanceur d’alerte sur le danger protéiforme que sont les Frères Musulmans en France. Aussi, je me joins à l’UFAL dans l’appel à faire bloc autour de Mohamed Louizi et le remercier pour ce qu’il a fait pour la France.
Texte de l’Appel lancé par l’UFAL:

Lire la suite »

Pétition adressée à Macron pour le respect de la laïcité, selon la loi de 1905 et la Constitution

J’espère que nous serons nombreux à signer et à

laïcité macron,liberté de conscience,science vs croyance,laïcité radicalisée,religions droit public,religions droits des femmes,loi de 1905 contenu,constitution laïcité,laïcité signification,comité 1905 draguignan,enseignement fait religieux,laïcité école,macron religions,communautarisme macron,macron culte musulman,laïcité formation enseignants,organisation du culte musulman,lobbying religieux,revendications religieuses,neutralité laïcité,liberté de culte laïcité

faire connaître cette pétition pour la laïcité, sous forme de lettre ouverte adressée par le Comité 1905 de Draguignan à Emmanuel Macron. Pour la signature, allez sur cette page du site Mes Opinions:
https://www.mesopinions.com/petition/politique/respect-loi-1905/39554
Voici le texte de la pétition “Pour le respect de la loi de 1905/ Lettre ouverte au Président de la République”, mise en ligne le 11 février 2018:

Lire la suite »

L’Allemagne a couvert l’ayatollah Shahroudi, auteur de crimes contre l’humanité et garant de l’oppression des femmes en Iran

Billet écrit sur le téléphone, d’où les difficultés de mise en forme, surtout pour les liens
*
Honte à Angela Merkel et au gouvernement allemand tout entier pour avoir couvert l’un des plus hauts dignitaires iraniens et avoir donc délibérément tenue secrète sa présence pendant six semaines. Empêchant ainsi de facto son arrestation. Il s’agit pourtant d’un responsable de crimes contre l’humanité et co-responsable de l’oppression des femmes en Iran depuis 1979 ! Et ce tout alors que l’Allemagne ne cesse de donner des leçons de morale à l’Europe entière et à se poser en guide.

Lire la suite »

Pétition « La Chapelle & Pajol : Les femmes, une espèce en voie de disparition au coeur de Paris » et autres documents sur l’exclusion des femmes de l’espace public

Je reprends le texte de la pétition « La Chapelle & Pajol : Les femmes, une espèce en voie de disparition au coeur de Paris », suivi d’extraits d’un reportage du Parisien dans le même quartier. Plus la vidéo d’un reportage diffusé en décembre 2016 au journal de 20 heures de France 2, réalisée il y a quelques mois grâce à la Brigade des mères, montrant le même phénomène dans une banlieue. Et un rafraîchissant coup de gueule poussé le 19 mai par Zohra Bitan sur RMC contre le sexisme et les harcèlements de rue dans les quartiers parisiens, qu’on peut entendre et voir sur ce site. Enfin, sur le site du Figaro, vous pouvez lire une analyse de Céline Pina, co-fondatrice de Viv(r)e la République, intitulée « Femmes chassées des rues dans le quartier Chapelle-Pajol : le cri d’alarme de Céline Pina. » Je reprends quelques extraits plus bas et souligne tout d’abord ce constat:

« Le fait que les agresseurs de femmes appartiennent à une population élevée au rang de victime absolue, fait que leur transformation en bourreau paralyse le discours politique et l’action publique. »

Pendant ce temps, un article de Louis Hausalter paru le 18 mai sur le site de Marianne nous apprend que Marlène Schiappa, la nouvelle secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes – car la moitié de la population n’a plus de ministère de plein droit, mais seulement un secrétariat d’Etat… – a tenu des propos plus qu’ambigus, attaquant la loi interdisant les signes religieux ostentatoires, se prononçant pour les femmes voilées lors de sorties scolaires, s’en prenant à Manuel Valls lorsque celui-ci dénonçait l’antisémitisme grandissant dans certaines banlieues… Voir l’article «  »Islamophobie », voile à l’école : Macron a-t-il bien lu sa secrétaire d’Etat Marlène Schiappa ? » Cela commence mal pour plusieurs ministres et secrétaires d’Etat, si l’on juge aussi par le passif d’Edouard Philippe ou encore par Agnès Buzyn, qui considérait il y a quelques années qu’il n’y a pas d’experts indépendants de l’industrie pharmaceutique et qu’il ne fallait pas trop s’attarder sur les conflits d’intérêts…

Lire la suite »

Manifeste pour un Printemps Républicain. Adhésion et appel à signer et à faire connaître

Le Manifeste pour un Printemps Républicain a été publié par Marianne en mars 2016. Il peut Printemps républicain logo.PNGtoujours être signé sur cette page. J’ai adhéré à cette association présentée en détail sur son site. Je reviendrai sur mes activités en ce sens et essaierai de retrouver certains des écrits et interventions sur ces thèmes.

Des textes sont publiés et partagés sur le blog de l’association et sur le groupe Facebook des adhérents. On peut s’inscrire à une lettre d’information sur les événements organisés. Il existe aussi un groupe Facebook pour les sympathisants.

Voici l’intégralité du Manifeste pour un Printemps Républicain. (Les images ont été rajoutées par moi).

« 2015 fut une année tragique. Les attentats qui ont par deux fois ensanglanté Paris ont introduit au coeur de notre pays ce terrorisme islamiste qui répand partout dans le monde son projet mortifère. Face à cette menace désormais pressante et permanente, la réaction de nos compatriotes a été admirable. Il n’y a eu ni panique ni fuite en avant.

Lire la suite »

Présentation de Lobby Control, pétition pour la transparence du Conseil de l’Europe et autres initiatives anti-lobbying

Après quelques remarques importantes sur le positionnement de Sciences citoyennes sur le lobbycontrol,conseil de l'europe prérogatives,lobbying parlement européen,lobbying commission européenne,lobbying conseil de l'europe,conflits d'intérêts commission européenne,pantouflage union européenne,registre lobbying europe,plaidoyer citoyen,lobbying significations,alter-eu,pétition transparence europe,corruption commission européenne,brexit conséquenceslobbying et les différences par rapport à ALTER-Eu, ainsi que sur la transposition de la better regulation à l’Europe, je traduis la pétition intitulée « Cartes sur table dans le poker des institutions européennes d’après Brexit ! Pour une Europe transparente et démocratique » et présente quelques autres initiatives de la même association.

Lobby Control – Initiative pour la Transparence et la Démocratie est une association allemande membre de la coalition européenne anti-lobbying ALTER-Eu (Alliance for Lobbying Transparency and Ethics Regulation).

Sciences Citoyennes fait aussi partie d’ALTER-Eu, en tant que réseau informel, tout en gardant ses différences de positionnement, telles que le refus de nous déclarer lobbyistes et de nous inscrire dans le registre des lobbyistes. Nous ne faisons pas du lobbying et n’avons aucune velléité de manipuler et d’influencer la décision politique. Nous faisons du plaidoyer citoyen, qui n’a pas les mêmes objectifs, pas les mêmes moyens, pas les mêmes motivations et pas non plus les mêmes méthodes que le lobbying.

Sciences Citoyennes récuse aussi toute notion de « contre-lobbying » citoyen, parce qu’il ne faut pas accepter une terminologie qui induit un cercle vicieux, déjà en réduisant les citoyens à des « stakeholders » – porteurs d’intérêts, parties contractantes d’un contrat de dupes.

Lire la suite »

« Maladies à vendre »: documentaire et conférence-débat sur le façonnage de maladies

La 12ème édition du festival Sciences en Bobines – organisé chaque année par Sciences Citoyennes en Bobines 12 logo 2016.pngpartenariat avec diverses associations – bat son plein dans 26 villes. Le programme complet, ville par ville, avec le nom des intervenants et des documentaires – est disponible sur le site du festival.

A l’invitation de Madame Josette Pouget, de l’association Peuple et Culture, j’aurai le plaisir d’intervenir le mercredi 19 octobre à Tulle, pour une conférence-débat avec le public, après la diffusion du documentaire « Maladies à vendre », réalisé par Anne Georget et Mikkel Borch-Jacobsen. Le sujet est évidemment le disease mongering – traduit par « façonnage de maladies », « invention de maladies », etc. -, que j’ai commencé à faire connaître en France dans des textes en libre accès à partir de 2008, en décortiquant les stratégies du marketing pharmaceutique, de désinformation et d’influence sur l’ensemble du système de formation, d’information et de recherche médicales.

La présentation et la bande annonce du documentaire « Maladies à vendre » sont sur cette page. La projection aura lieu le mercredi 19 octobre à à 20h30 à la Salle des Fêtes Latreille de Tulle (située au 10 Impasse Latreille, voir le plan d’accès sur cette page). La session sera précédée de la diffusion de deux courts-métrages: « 200 000 fantômes » de Jean-Gabriel Périot (2007-10’) et « Copier cloner » de Louis Rigaud (2009-4’).

Mes remerciements à Madame Pouget.

**

Si j’avais à résumer le façonnage de maladies, je dirais avant tout qu’il est l’un des moyens majeurs par lesquels s’opère la médicalisation de l’existence – autre sujet largement abordé sur Pharmacritique – qui traduit l’extension de la juridiction de la médecine à des domaines de plus en plus étendus dans nos sociétés occidentales industrialisées qui dessaisissent les citoyens de toutes leurs compétences au profit de « spécialistes », de techniciens, bref, d' »experts » porteurs d’intérêts particularistes et corporatistes.

C’est typique de l’individualisme néolibéral de prétendre – dans les formulations idéologiques – mettre l’individu au centre de tout, alors même que tout est fait pour qu’il soit un objet subissant passivement, autrement dit un sujet obéissant aux stratégies de profit des industries de la santé comme de toutes les autres. Le façonnage de maladies permet de mettre en place des stratégies d’uniformisation, de normalisation, de mise au pas des individus encore plus efficaces, parce qu’elles semblent s’effectuer dans l’intérêt de leur santé, par exemple pour anticiper les maladies dont ils pourraient souffrir. Sans parler de la promesse de rendement personnel accru, de « booster » les performances, promesse derrière laquelle se cachent des desseins tels que ceux du transhumanisme, voulant utiliser les technosciences pour fabriquer un « homme augmenté ». Un dessein qui s’impose pas à pas dans les têtes, acquis par acquis, petit dispositif par petit dispositif (révolutionnaire, bien entendu!)

**

NB: Qu’il s’agisse d’expliquer les grandes lignes du phénomène dans son ensemble, situé dans le contexte des autres tares du monde médico-pharmaceutique et du pseudo-système de santé français, ou alors de d’insister plus sur certains exemples (cholestérol, ostéoporose, DSM et troubles mentaux, etc.) permettant de faire comprendre de quoi il s’agit et en quoi le façonnage de maladie concerne chaque citoyen au quotidien, j’ai abordé tout cela principalement dans des articles sur Pharmacritique, qui sont accessibles en cliquant sur la catégorie disease mongering, mais aussi dans des interviews et des participations à des documentaires, ainsi que lors de débats et colloques dont il faudrait archiver les présentations powerpoint et les enregistrements. Mais sachant que je suis un contre-talent en matière de communication et que je n’ai même pas le temps de tenir le blog, ces temps-ci…  Quoi qu’il en soit, les articles parus sur Pharmacritique abordant diverses facettes de l’invention des maladies et de leur redéfinition restent d’actualité. Malheureusement…

Formes d’expertise et d’action citoyennes: conférence-débat au Festival EcoLOT toi-même

Le samedi 16 avril 2016 aura lieu à Limogne-en-Quercy la dixième édition du festival EcoLOT toi-même, EcoLOT toi même affiche.jpgorganisée par l’association Coqueli’Causse. Le programme et les informations utiles sont sur cette page.

Pardon pour cette note tardive et faite à la va-vite. J’aurai le plaisir d’intervenir – donner une conférence, mais je n’aime pas le terme et veillerai à ce que cela se déroule de façon plus spontanée – à 14 h 30 sur les formes d’expertise et d’action citoyennes telles que les théorise Sciences Citoyennes (et telles que j’ai essayé d’en pratiquer quelques-unes sur divers supports, de façon plus ou moins publique).

Je partirai de l’actualité et de mon expérience, pour parler des lanceurs d’alerte, pour dire à quel point les révélations médiatiques des actes de quelques personnes largement médiatisées – car n’est lanceur d’alerte que celui qui est ainsi adoubé par certains media – eh bien révèlent les failles de l’Etat, des organismes de contrôle, de notre législation, etc. Sciences Citoyennes travaille beaucoup sur la question des lanceurs d’alerte – leur définition, leur protection, … – pour qu’il y ait une législation claire là-dessus. Notre site contient une note de synthèse qui peut être lue avant de parcourir les dizaines d’articles sur la question.

Je parlerai évidemment des pseudo-débats publics actuels, pour critiquer la démonétisation de termes tels que expertise citoyenne, démocratie participative, participation des citoyens à la décision publique, conférence citoyenne, etc. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, contribue à la destruction de tout ce que le champ sémantique autour de la citoyenneté, du politique et de la cité veut dire. Il suffit de penser aux fameuses « grandes concertations citoyennes » sur le dépistage organisé du cancer du sein et sur la vaccination qui agitent actuellement quelques media et quelques politiques qui ont fait quelques propositions suite à la démission de Thomas Dieterich, ancien directeur de la Conférence nationale de santé.

Je reviendrai sur ces sujets – abordés depuis des années sur Pharmacritique -, et notamment sur la façon dont ils sont expédiés par une ministre de la Santé et par les instances gouvernementales qui disent vouloir consulter les citoyens et les faire participer à la décision… Pour les amener à accepter les objectifs fixés d’avance, donc ne plus rechigner à accepter le dépistage organisé du cancer du sein par mammographie (voir quelques articles critiques en descendant sur cette page, en particulier le texte du Dr Bernard Duperray et le mien sur la construction sociale autour de certaines représentations) et accepter tous les vaccins que l’industrie pharmaceutique propose et qu’elle impose en organisant une pénurie de certains vaccins en faveur de ceux multivalents.

Ces pseudo-débats publics, ces pseudo-concertations consistant à mettre en place un site sur lequel qui voudra pourra s’exprimer comme sur les réseaux sociaux, de même que des « conférences » séparées pour les citoyens, les experts et les professionnels de base (!), – tout cela servira évidemment d’alibi permettant d’éliminer une véritable consultation et décision citoyenne – par des convention de citoyens. Avec pour objectif final d’éliminer les critiques en disant qu’il y a eu consultation et décision citoyenne, donc le peuple souverain a parlé et sa décision n’est pas à remettre en cause à l’infini…

On voit fleurir partout des formes tronquées de « conférence citoyenne », de jury citoyen, conseil citoyen, etc. Cela n’a rien à voir avec ce que Sciences Citoyennes entend par « convention de citoyens », dont l’acception et la méthodologie sont expliqués dans le dossier sur notre site.

Manifeste pour une recherche scientifique responsable

La Fondation Sciences Citoyennes s’engage et publie un Manifeste, appelé à interpeller et à encourager le sciences citoyennes,démocratisation de la science,recherche scientifique responsble,responsabilité des scientifiques,manifeste pour une recherche responsable,lobbying recherche scientifique,indépendance de la recherche,indépendance de la science,financement industriel de la science,rapport science société,technosciences néolibéralisme,recherche fondamentale,Etat responsabilité science,responsabilité sociale et environnementale,science transition écologique,science finalités éthiques,science biens communs,science scientisme technosciences,science capitalisme profit,neutralité de la science,liberté du chercheurdébat concernant les finalités de la recherche, les moyens de les mettre en oeuvre et les responsabilités individuelles et collectives.

 

MANIFESTE POUR UNE RECHERCHE SCIENTIFIQUE RESPONSABLE

Constatant en préambule que :

>> L’ampleur et l’irréversibilité des interdépendances créées entre les êtres humains, entre les sociétés et entre l’humanité et la biosphère constituent une situation radicalement nouvelle dans l’histoire de l’humanité, qui exige une réponse globale et urgente.

>> Face aux risques sanitaires et écologiques, nos sociétés sont devenues des sociétés à irresponsabilité illimitée :

> Irresponsabilité des États, enfermés dans une vision dépassée de leur souveraineté et plus préoccupés par des compétitions économiques, policières et militaires que par le bien commun des populations ;

> Irresponsabilité des entreprises, dont les préoccupations vont quasi-exclusivement vers les profits, en s’exonérant de toute responsabilité dès lors que la connaissance des risques est insuffisante ou occultée, et en s’affranchissant de tout contrôle par les citoyens ou les États ;

> Irresponsabilité des décideurs institutionnels et politiques, et de tous ceux qui prennent des décisions non éthiques ou allant à l’encontre de la santé des populations et de la protection de l’environnement, niant les nombreuses incertitudes en se réfugiant derrière l’avis d’experts savamment choisis – mais rarement indépendants – tout en faisant fi de la richesse et de la diversité des savoirs ;

> Irresponsabilité des chercheurs, qui estiment que leur responsabilité n’est engagée ni comme scientifiques, ni comme experts.

 

Lire la suite »

Découvrez Sciences Citoyennes à l’occasion de son Assemblée générale le 2 avril 2016

Assemblée générale 2016fondation sciences citoyennes,assemblée générale sciences citoyennes,rapport moral sciences citoyennes,conseil d'administration sciences citoyennes, géo-ingénierie,manifeste pour une recherche scientifique responable,recherche participative,responsabilité des scientifiques

Cher-e-s adhérent-e-s et sympathisant-e-s,

La quatorzième assemblée générale (AG) de l’association Pour une Fondation Sciences Citoyennes se tiendra samedi 02 avril de 09h15 à 16h30 dans les locaux de la Fondation pour le Progrès de l’Homme, 38 rue Saint Sabin 75011 Paris, M° Chemin Vert (ligne 8) ou Bréguet Sabin (ligne 5)

L’AG est un moment important dans la vie de notre association pour échanger, faire le point et dessiner nos projets pour l’année à venir. Aussi, nous espérons vraiment pouvoir compter sur votre présence d’autant plus que cette année est un peu particulière. Nous sommes contraints, pour des raisons administratives, mais aussi par une volonté du conseil d’administration (CA), de faire évoluer le nom de l’association. Il sera fait des propositions en ce sens. Une discussion et un vote sur ce sujet interviendront l’après-midi du jour de l’AG.

L’AG est ouverte aux adhérents actuels et à tous ceux qui veulent en savoir plus sur nos activités. Aussi n’hésitez pas à convier les personnes de votre entourage qui pourraient être intéressées.

 

Lire la suite »

« Les Médicamenteurs »: vérités et mensonges 6 ans après. Projection et débat à Grenoble

Le documentaire « Les Médicamenteurs », réalisé par Stéphane Horel et commenté dans cette note sur Pharmacritique, a été diffusé pour la première fois en juin 2009. Beaucoup d’annonces ont été faites depuis, surtout en marge de scandales, dont le plus médiatisé a été celui autour du Médiator. Une loi a été adoptée en décembre 2011, des comités et commissions de déontologie et de transparence ont été mis en place, tout comme des initiatives de déclaration des liens d’intérêt, notamment pour les experts auprès des autorités sanitaires.

Alors qu’en est-il six ans après ? Notre système de formation, d’information et de recherche médicales, dont j’ai toujours dit qu’il était fondamentalement et structurellement pharma-amical, a-t-il vraiment changé ? Le journalisme d’investigation mérite-t-il enfin son nom ou ne fait-il que reprendre des sujets qui circulent depuis des années, enfonçant les portes ouvertes par des lanceurs d’alerte qui ne sont pas mentionnés – même pas en petites lettres sur le générique de fin –, alors qu’ils se sont pris plein la figure quand ils ont fait le travail… Cash Investigation – mais aussi Pièces à conviction du temps où Elise Lucet était rédactrice en chef – et Pharmacritique, c’est toute une histoire, avec des sources qui, une fois exploitées, restent invisibles sur les génériques, dans les remerciements, etc., comme ça, le public pense vraiment que c’est l’équipe de journalistes qui a fait de l’investigation poussée (pas celle qui s’arrête aux premiers résultats dans une recherche sur google, prend tout ce qui est dit sur un blog, demande de longues explications à l’auteur, puis oublie de le mentionner…) J’ai beaucoup d’exemples, aussi avec d’autres journalistes, avec des auteurs de livres (médecins compris), de sites, de blogs, etc., et en parlerai le moment venu.

Les pratiques médicales ont-elles changé depuis « Les Médicamenteurs », de façon à prendre en compte les effets indésirables, de les signaler, d’en informer les patients ? La médicalisation – surmédicalisation, surdiagnostics, surtraitements, … – a-t-elle diminué ? Quid des méthodes des « médicamenteurs » qui ne jurent que par les remèdes naturels, dont on n’aurait même pas le droit de demander des preuves d’efficacité, sous peine de passer pour un suppôt de l’industrie pharmaceutique qui s’attaquerait aux faibles défenseurs désargentés de la nature ? Quid du sensationnalisme des journalistes se livrant à des surenchères, cherchant un scandale à dénoncer ?  Quid de la démonétisation de l’alerte, parce que tout et n’importe quoi peut être mis en cause, sur des réseaux sociaux où celui qui gueule le plus fort l’importe, n’en déplaise à ceux qui rêvent d’une « intelligence collective » qui surgirait du web 2.0.

J’ai toujours dit que la transparence sur les conflits d’intérêts n’est qu’une étape dans la lutte visant à éliminer lesdits conflits d’intérêts, et que s’arrêter là-dessus serait illusoire, voire contre-productif. Qu’il s’agissait d’un système de désinformation organisée, dominé par le marketing qui cache l’absence de progrès thérapeutique et l’absence d’innovation, marketing dont il fallait décortiquer les méthodes – méthodes d’influence, de persuasion, tirées des méthodes classiques de lobbying et de communication utilisées partout. Et j’ai donné moult exemples, y compris dans la construction sociale du dépistage organisé du cancer du sein, que je mentionne au vu de la nouvelle campagne de communication qui commence avec « octobre rose » et la « concertation citoyenne et scientifique » annoncée comme une forme de cette « démocratie sanitaire » qu’on nous annonce comme une berceuse pour mieux nous endormir sur le fait que rien n’est fait pour que le système change, structurellement, de façon à profiter à l’intérêt général, à l’intérêt de la santé individuelle et publique, et non pas aux affaires des industriels et de professionnels de santé. Dans la concertation citoyenne sur le dépistage du cancer du sein, autorités sanitaires et autres intéressés dans le maintien du système emploieront à fond ces mêmes méthodes d’influence pour aboutir au résultat voulu – un meilleur taux de participation au dépistage qui ne dépend en rien de la décision citoyenne.

Ai-je eu tort ou raison?  La liste de questions est longue…

La projection des « Médicamenteurs » permet de faire une comparaison sur les points évoqués dans le documentaire, et aussi d’aborder des points qui ne l’ont pas été, compte tenu des limites inhérentes. Ainsi tout ce qui relève de la santé environnementale, des causes et co-facteurs environnementaux, mais aussi de la surprescription – autre facette de la surmédicalisation -, et de l’expertise citoyenne, de l’indépendance des usagers, qui ne doivent pas juste changer de « maîtres », passant de la dépendance à l’égard des médecins ayant des conflits d’intérêts au suivisme et à un rôle de perroquet des médecins indépendants… Etc.

La projection aura lieu le 7 octobre; elle commencera à 20:00, suivie du débat à 21:10. Débat auquel je participerai aux côtés de Philippe Perrin, éco-infirmier, fondateur de Santé Environnement Rhône-Alpes (SERA).

L’annonce détaillée du programme de Sciences en Bobines à Grenoble est sur cette page. L’adresse : Maison des Associations, 6 rue Berthe de Boissieux, Grenoble. (J’apprends au dernier moment que le débat aura lieu 150 mètres plus loin, au Pavillon de Bonne, situé au 50 Bd Gambetta).

Rencontres Emile Durkheim à l’Université de Bordeaux: Quand le citoyen interroge la science

Le 2 octobre 2015, j’aurai le plaisir de participer aux premières rencontres bisanuelles organisées par la Ligue des Droits de l’Homme de Bordeaux, en partenariat avec d’autres associations et avec le soutien de la Région Aquitaine. Ce premier évènement de la série s’appelle « Rencontres Emile Durkheim », avec le titre thématique « Quand le citoyen interroge la science ». Les rencontres auront lieu à l’Université de Bordeaux 2 Victoire, Amphithéâtre Broca, 3 ter Place de la Victoire, tram B arrêt Victoire) et se dérouleront en deux parties. La première, qui est réservée aux étudiants et chercheurs, commence à 14 h 00 et comprend le séminaire de Dominique Pestre et l’échange qui suivra; la deuxième partie, qui commence à 18 h 00, est ouverte au public (voir programme et liste des intervenants plus bas). Je participerai à l’échange autour du séminaire de Dominique Pestre et interviendrai, au nom de Sciences Citoyennes, lors de la table ronde prévue à 18 h 30.

Les associations partenaires – Sciences Citoyennes, Controverse, Arbre de Connaissance et d’autres – y auront un stand ; celui de la Fondation Sciences Citoyennes sera tenu par la déléguée générale, Aude Lapprand.

Voici l’annonce par Jean-Claude Guicheney, président de la Ligue des Droits de l’Homme de Bordeaux, suivie du programme, que vous pouvez lire en intégralité dans ce fichier PDF (qui contient aussi toutes les informations pratiques, mais a été modifié quant aux intervenants).

Lire la suite »

Colloque « Une loi globale pour la protection des lanceurs d’alerte en France », le 29 septembre à l’Assemblée Nationale

La Fondation Sciences Citoyennes et Transparency International France organisent en 2015 sciences citoyennes lanceur d'alerte,lanceur d'alerte colloque,lanceur d'alerte protection,lanceur d'alerte protection loi,maison des lanceurs d'alerte,whistleblowing international network,alerte santé,michèle rivasi,christian vigouroux,whistleblower protection,assemblée nationale colloque lanceurs d'alerte,transparency international lanceurs d'alerte,lanceur d'alerte recommandations européennesun cycle de colloques pour l’amendement de notre législation de l’alerte éthique (signalement dans l’intérêt général). Nous travaillons également à un texte de loi, qui pallierait la stratification du dispositif français (6 lois sectorielles). Une proposition de loi devrait être présentée lors de la prochaine session parlementaire.

Nos deux premiers colloques ont traité de la sécurisation des canaux et procédures, et de la création d’un fonds de dotation pour les victimes / d’une Maison des Lanceurs d’Alerte.

Notre troisième colloque se tiendra à l’Assemblée nationale (Salle Colbert, 126 rue de l’université, 75007 Paris) le 29 septembre de 14h à 18h, sur le thème :

« Une loi globale pour la protection des lanceurs d’alerte en France ».

Dans la première session nous aborderons, avec ses auteurs, le cadre pionnier et solidaire que construit l’Europe et notamment la Recommandation du Comité des Ministres aux états membres du Conseil de l’Europe (2014), ou les enseignements tirés des meilleures lois et expériences nationales. Dans la seconde session, nous débattrons, avec des parlementaires français, des contenus d’une loi française, au regard de ce cadre et de notre projet de société.

Ce colloque sera organisé avec le soutien de la Fondation Charles Léopold Mayer et sous le parrainage du Député Yann Galut, avec la participation notamment de:

Rosita Agnew (Bureau du Médiateur Européen), Eric Alauzet (Député), Eric Bocquet (Sénateur), Francesco Crisafulli (Président du Comité européen de coopération juridique, Conseil de l’Europe), Charles de Courson (Député), Laure de la Raudière (Députée), Yann Galut (Député), Nicole Marie Meyer (Transparency International France), Anna Myers (Directrice du Whistleblowing International Network), Michèle Rivasi (Députée), Christian Vigouroux (Président de la secteur de l’intérieur, Conseil d’État)

et sous réserve Anabela Gago (Directrice de la lutte contre le crime organisé, Commission européenne) et Christiane Taubira, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice.

Sachant que le nombre de places de la salle est limité mais que le sujet suscite un vif intérêt, nous vous prions de bien vouloir nous confirmer votre présence à l’aide du formulaire d’inscription sur notre site

http://sciencescitoyennes.org/colloque-lanceurs-dalerte-29-septembre-2015-assemblee-nationale/

Vous pouvez télécharger les communications du premier colloque de ce cycle « Lanceurs d’alerte – La sécurisation des canaux et des procédures » qui s’est tenu à l’Assemblée nationale le 4 février 2015 : http://sciencescitoyennes.org/colloque-sur-les-lanceurs-dalerte-le-4-fevrier-2015-a-lassemblee-nationale-documents

(ou ici sous forme PDF: le compte-rendu synthétique des communications)

—–

Pour Transparency International France et la Fondation Sciences Citoyennes,

Nicole Marie Meyer et Glen Millot

Sciences citoyennes: 11ème édition du festival de films et débats « Sciences en Bobines »

Cette année, pour la onzième édition coordonnée par Glen Millot pour Sciences Citoyennes, le sciences en bobines 11e édition,fondation sciences citoyennes,lobbying pharmaceutique,les médicamenteurs,elena pasca,décroissance développement,agrécologie,transhumanisme médecine,biologie synthétique,biens communs,lanceurs d'alerte,conflits d'intérêts pharmaceutiquefestival Sciences en Bobines continue d’essaimer, puisque 27 projections suivies de débats auront lieu dans 17 villes, à partir du 1er octobre et jusqu’au 18 octobre inclus. Le programme détaillé est accessible en cliquant sur chaque ville. 

Les sujets sont variés, mais toujours en lien avec les axes de travail de Sciences Citoyennes : critique du lobbying et des stratégies d’influence des politiques publiques et de l’information santé par l’industrie pharmaceutique, lanceurs d’alerte et chercheurs engagés exposés à des représailles, modes de développement possibles en dehors des sentiers battus de la croissance (développements alternatifs, possibilités de transition écologique, y compris en matière d’alimentation et de réflexion sur les biens communs), questions controversés âprement défendues par les industriels respectifs telles que les nanotechnologies, les ondes électromagnétiques (et l’électrosensibilité), etc. Sans oublier les dossiers très à la mode de la biologie synthétique et du transhumanisme, qui s’imposent insidieusement, peu à peu, dans notre vie quotidienne, par le biais des campagnes de communication qui cherchent à survaloriser leurs potentiels apports à une médecine personnalisée.  

En tant que lanceur d’alerte ayant travaillé sur le lobbying, les conflits d’intérêts, les stratégies de communication et d’influence de l’industrie pharmaceutique et ses méthodes pour imposer une désinformation organisée dans le système de formation, de recherche et d’information médicales, j’aurai le plaisir de participer à la projection-débat prévue le 7 octobre à 20h15 à la Maison des Associations de Grenoble. Le débat partira du documentaire réalisé par Stéphane Horel, Les Médicamenteurs, avec Philippe Perrin, éco-infirmer et fondateur de SERA (Santé Environnement Rhône-Alpes).

**

Voici l’annonce du Festival Sciences en Bobines, suivie de l’affiche en version lisible ; sur le site du festival, vous pourrez trouver les programmes complets, ville par ville, ainsi que toutes les informations complémentaires (infos pratiques, plans d’accès, horaires, etc.).

« Les savoirs scientifiques et techniques ne sont pas neutres. Ils sont construits par les hommes et sont soumis, comme toute création humaine, à des enjeux politiques, économiques et sociaux. Ainsi, ceux qui affirment que les sciences sont « naturellement » porteuses de bonheur et de progrès ne visent qu’à museler la critique et à conforter leur propre pouvoir. Les crises et les scandales sanitaires, écologiques, économiques et humanitaires qui se multiplient révèlent le visage d’une science soumise aux intérêts des lobbys industriels et financiers.

Lire la suite »

« Décider aujourd’hui pour demain ». Journée de débats d’Alterre Bourgogne

« Décider aujourd’hui pour demain ». De la difficulté et du risque de prendre des décisions alterre bourgogne conférence,décider aujourd'hui pour demain,prise de décision politique,décision incertitude,décision expertise scientifique,expertise citoyenne,convention de citoyens,sciences citoyennes,elena pasca,développement soutenable,néolibéralisme décision politique,citoyenneté capacitaire décision,néolibaralisme utilitarisme,corruption conflits d'intérêts,démocratie participative convention de citoyens,consultation décision politique,néolibéralisme écologie,néolibéralisme expertise scientifique,néolibéralisme sound science,néolibéralisme junk sciencequi engagent sur le long terme

Conférence annuelle d’Alterre Bourgogne

 

Le 10 février, j’aurai le plaisir de participer, au nom de Sciences Citoyennes, à une journée de débats organisée par Alterre Bourgogne, l’agence régionale pour l’environnement et le développement soutenable. Les débats auront lieu à Dijon, au cinéma Olympia (16 Avenue Maréchal Foch). Le programme final figure sur cette page, suivi par les informations pratiques, la présentation des intervenants, des éléments bibliographiques, etc. Le dépliant en format PDF est sur cette page.

PROGRAMME DETAILLE

Lire la suite »

Sciences en Bobines: 10ème édition du festival de films et débats de Sciences Citoyennes

Voici l’annonce par Sciences Citoyennes. Tous les détails sont sur le site dédié au festival Sciences en Bobines.

« Les savoirs scientifiques et techniques ne sont pas neutres. Ils sont construits par les hommes et fondation sciences citoyennes,sciences en bobines 10e,lanceurs d'alerte,lobbying science recherche,jacques testart,science conflits d'intérêts,recherche conflits d'intérêts,financement recherche,participation citoyenne,technosciences critique,neutralité de la science,nanotechnologies,biologie de synthèse,agroécologiesont soumis, comme toute création humaine, à des enjeux politiques, économiques et sociaux. Ainsi, ceux qui affirment que les sciences sont « naturellement » porteuses de bonheur et de progrès ne visent qu’à museler la critique et à conforter leur propre pouvoir. Les crises et les scandales sanitaires, écologiques, économiques et humanitaires qui se multiplient révèlent le visage d’une science soumise aux intérêts des lobbys industriels et financiers. La Fondation Sciences Citoyennes juge essentiel de mettre en évidence une autre approche : celle d’une recherche désireuse d’affronter les grands défis de nos sociétés, de dialoguer avec des savoirs autrefois dévalorisés et celle de citoyens qui revendiquent leur droit à participer aux choix scientifiques et technologiques qui conditionnent leur avenir.

Le festival « Sciences en Bobines » propose une riche palette de films critiques et militants et des débats pour que le dialogue s’engage entre chercheurs et citoyens dans le but de privilégier le bien commun… pour des futurs meilleurs !

Lire la suite »

Science et éthique au quotidien; atelier-débat lors de la « Semaine de l’éthique » de l’Université de Fribourg

J’aurai le plaisir de participer, au nom de Sciences Citoyennes, à la semaine de l’éthique organisée par la professeure Vivianne Châtel dans le cadre du Master Ethique, responsabilité et développement, formation dispensée par le Département de Sociologie, Politiques sociales et Travail social de lUniversité de Fribourg (Suisse). La semaine de l’éthique commence le 2 juin par un débat sur l’éthique dans les sciences. Voici l’affiche, suivie de la présentation telle qu’elle figure dans le programme. L’exposition a été organisée par les étudiants du Master. Merci à Mme Vivianne Châtel et à Mme Séverine Moll-Lauper pour l’organisation d’ensemble et pour l’invitation.

 

semaine de l'éthique,éthique au quotidien,science technoscience action citoyenne,expertise citoyenne,réflexion technosciences,autonomie publique,débat public intérêt général,elena pasca,université fribourg,atelier débat semaine de l'éthique

 

« L’éthique au quotidien » annonce l’ambition interactive de cette manifestation inscrite dans la mouvance qui relocalise les débats dans des lieux interactifs, des lieux de passage quotidien pour les citoyens, espérant les arrêter dans leur course prédéterminée (et même au sens propre du terme: dans leurs courses), pour les faire réfléchir à des trajectoires citoyennes qu’ils peuvent emprunter dès lors qu’ils s’approprient toutes les dimensions de la vie de la cité et se donnent les moyens de quitter le statut d’ignorance confortable de réceptacles passifs de décisions et d’expertises qui les concernent tous, dans la mesure où elles changent leur mode de vie, y compris dans les actes quotidiens – quitter la passivité pour devenir des citoyens au sens plein du terme: acteurs actifs transcrivant en pratique les droits de participation, l’autonomie publique théoriquement garantie par nos démocraties. Celle-ci est rarement mise en pratique, faute d’engagement, de participation et de réflexion globales, dépassant les questions particularistes et les intérêts privés. Or c’est à ce type de participation que de tels débats incitent les citoyens: faire un usage public de leur raison, afin de s’inscrire dans le débat public politique qui permet, par abstraction successives, de dégager des intérêts universalisables (pour paraphraser Jürgen Habermas). [Elena Pasca]

 

Voici la présentation et les intervenants, selon le programme:

La semaine de l’éthique

L’ÉTHIQUE AU QUOTIDIEN

Journée du lundi 2 juin 2014 : La science

Lieu : Fribourg centre, Mall central (en face de la Fnac), de 14:00 à 16:00
***
Intervenants lors de cet atelier-discussion:

  • Bernard VERMEULEN, Directeur médical et directeur général suppléant, Hôpital cantonal,
  • Mr Marc-Henry SOULET, Professeur ordinaire de Sociologie, Doyen de la Faculté des Lettres, Université de Fribourg,
    Vincent  BOURQUIN,  Professeur,  responsable  de  l’Institut  SeSi  (Sustainable
      Engineering Systems Institute), École d’ingénieurs et d’architectes de Fribourg,
    Marlise COLLOUD, Enseignante, École d’ingénieurs et d’architectes de Fribourg,
    Elena PASCA, Philosophe, Fondation Sciences citoyennes,
  • Gilbert CASASUS, Professeur, Etudes européennes, Université de Fribourg

Lire la suite »

Colloque « Alerte, expertise et démocratie », le 17 décembre au Sénat

J’aurai le plaisir d’intervenir lors de ce colloque dont voici l’annonce et le programme détaillé. Mon exposé portera sur les législations et réglementations étrangères (dispositifs juridiques et lois, mais aussi les débats en vue de les changer) en matière d’encadrement de l’expertise, autrement dit, sur les réglementations qui servent de garde-fous, permettent de réprimer les abus et de dissuader les dérapages, qu’il s’agisse de fraudes manifestes, de conflits d’intérêts et leurs conséquences, de corruption sous ses divers aspects, etc.

Il y a beaucoup de modèles juridiques et administratifs dont la France pourrait s’inspirer pour faire évoluer sa législation, sa réglementation et les mentalités archaïques qui perdurent dans notre pays toujours « gouverné » par les corporations (ordres professionnels, syndicats et autres organisations professionnelles, …) et leurs multiples réseaux de lobbying, d’influence et de manipulation. Une manipulation qui vise tout autant les décideurs politiques et administratifs que les citoyens, notamment à travers les techniques communicationnelles, de marketing, de désinformation, de persuasion, de manipulation, bref, toutes les techniques qui fabriquent l’opinion et assurent ainsi le maintien du statu quo.

L’absence de législation, la désinformation, l’instrumentalisation d’un système sclérosé et verrouillé permettent la reproduction du système établi, au prix de quelques ajustements de surface, qui ne sont que des trompe l’oeil. Comme la loi de décembre 2011 sur la sécurité de la chaîne du médicament, comme les accords sur les dépassements d’honoraires et toutes les pseudo-avancées en matière de santé individuelle et publique, etc. Par exemple, rien n’a changé sur l’auto-régulation (sic) des professions de santé (l’ordre des médecins, l’ordre des pharmaciens, etc.) qui fournissent l’expertise d’apparence neutre, car traduite en langage scientifique (cf. cet article pour l’explication), sur laquelle se basent les décisions de santé publique. Dans les faits, cette expertise n’est toujours pas encadrée, elle est toujours aussi arbitraire, régie par des conflits d’intérêts, par des idéologies, et non pas par des cadres scientifiques éprouvés. Ces ordres professionnels échappent toujours à la loi républicaine, alors que leurs activités et exigences sont de plus en plus anachroniques, car contradictoires avec les besoins des citoyens, avec les exigences de raison d’une économie de santé publique. Et les citoyens sont toujours exclus de la décision, toujours condamnés à être les objets passifs des soins – et à payer pour toutes les conséquences pratiques des désordres professionnels et de notre propre inertie. Le changement ne viendra pas des corporations et des ordres qui vivent du système de surmédicalisation sans frein juridique efficace, ni de leurs satellites qui en profitent eux aussi.

Voici l’annonce, le programme et les informations pratiques.

Lire la suite »

De la maladie à la rue… Ou comment, en tombant malade, on peut finir sans domicile fixe. Appel

NdlR: Le texte contient un appel à manifester contre l’expulsion, le dimanche 1er juillet à 15 h devant handicap dalo,syndrome ehlers-danlos,nguyêt-nga cao-thai,jean doubovetzky,handicap logement adapté,santé logement,manifestation solidarité,solidarité sociale,sans domicile fixe soins,invalidité conséquences,santé précarité pauvreté,droit au logement dalo,inégalités sociales en santé,handicap solidaritéla Mairie du 15ème arrondissement, au 31 rue Péclet – 75015 PARIS (M° Vaugirard (ligne 12); Bus: 70, 80, 88). Merci de diffuser largement et de transmettre toute idée, toute solution, tout encouragement à Mme […]. Soyons solidaires, mobilisons-nous pour contredire ce que dit l’image (tirée du blog FunnyFox)!

« De la maladie à la rue… Ou comment, en tombant malade, on peut finir sans domicile fixe »

Par le Dr […]

Contact: […]

[Texte, adresse de contact, nom, prénom et autres détails dans les commentaires effacés à la demande de la personne concernée]

MISE A JOUR du 27 novembre 2012, pour expliquer les modifications

Voici les raisons pour lesquelles j’efface cet article, car je dois une explication à toutes les personnes qui se sont manifestées à la suite de l’article, des mails et des coups de fil que j’ai passés afin de contribuer à aider la personne en question (que j’appellerai Mme X). 

C’est Mme X qui a demandé le retrait de l’article, parce qu’il ne lui sert plus (« il n’est plus efficace » [!?]) et pourrait même lui être nuisible dans ses nouvelles démarches telles que sa recherche d’emploi. [En fait, je la pensais handicapée en incapacité de travail.]  

Cela dit, si on m’avait demandé mon avis, j’aurais essayé de rendre ce texte totalement anonyme, en effaçant le nom ainsi que tout ce qui pourrait identifier la personne malade, mais en laissant le corps du texte parce qu’il dit ce que vivent beaucoup de malades chroniques et souffrant de handicaps.  Ma pensée et ma solidarité vont à tous ceux qui vivent une exclusion sociale en plus de l’exclusion et isolation entraînées par la maladie et le handicap, à tous ceux qui, du fait de leur situation de santé, vivent des discriminations et/ou ont des difficultés de logement, d’emploi, des difficultés relationnelles et autres.

Voici les grandes lignes de l’histoire, que je ne connais pas directement, exposée de façon anonyme :

J’ai été sollicitée par un médecin pour participer à une manifestation de soutien à une femme malade chronique qui était sous le coup d’une expulsion de son logement. Pour qu’il n’y ait pas de malentendu, ni quant à moi ni quant au médecin auteur de l’article, je précise que c’est la personne malade chronique en question qui avait appelé à un maximum d’échos autour de son cas, par elle-même sur les réseaux sociaux, puis à travers ses amis et ses connaissances, etc. C’est évidemment elle-même qui a donné son nom et voulu qu’il soit publié, avec tous les détails précis sur sa situation professionnelle, de santé, familiale, etc.

Je ne la connaissais pas et n’en avais même pas entendu parler. C’est par solidarité avec les malades et handicapés en général que j’ai réagi. Je lui ai proposé de faire partie des personnes qui pourraient l’héberger (au cas où l’expulsion se ferait) et qu’elle rédige son appel à manifester sous la forme d’un article que j’allais publier sur Pharmacritique. Elle a demandé au médecin d’écrire cet article, de servir de contact, etc. J’ai relu l’article et corrigé quelques détails; nous en avons discuté tous les trois, puis je l’ai publié après le feu vert de Mme X.

Et moi et le médecin avons demandé à d’autres blogueurs (médecins et autres) de publier le même texte (ou au moins un lien, un mot); ils ne l’ont pas fait; du coup, ils n’ont pas non plus été sollicités par la suite, ni en lien avec ce texte, ni pour d’autres questions et demandes. 

Par la suite, j’ai envoyé un mail collectif à des connaissances, j’ai passé des coups de fil et essayé d’imaginer une aide qui pourrait être apportée à Mme X. J’ai transmis à celle-ci et au médecin une idée de contact avec une association; certes, ce n’est pas l’idée du siècle, juste une piste. Mme X n’étant pas intéressée et ne souhaitant pas y aller, le médecin a contacté l’association. Je ne connais pas la suite.

Puisqu’un certain nombre des personnes que j’avais sollicitées m’ont demandé des nouvelles et que je n’en avais pas non plus, j’ai demandé à Mme X si elle avait échappé à l’expulsion et lui ai suggéré de poster quelques lignes donnant des nouvelles et remerciant ceux qui se sont mobilisés d’une façon ou d’une autre. Elle a posté un commentaire annonçant le report de l’expulsion.
Après avoir posté l’article, j’ai repondu aux autres sollicitations de Mme X, au téléphone et par mail, l’écoutant longuement et lui donnant toutes les informations que je pouvais avoir ou obtenir sur les divers aspects qu’elle a abordé.

Enfin, j’efface cet article qu’elle « souhaite voir disparaître ». J’ai relu aussi les commentaires et supprimé et son nom et le nom du médecin partout. Elle m’a recontacté pour me demander d’effacer un lien qui contenait son prénom, ce que j’ai fait le 4 décembre. Désolée pour ces modifications apportées aux commentaires, mais, compte tenu de certains détails dans les mails de Mme X, j’ai préféré tout effacer.

Bonne chance à Mme X.

J’exprime toute ma solidarité avec toutes les personnes malades et handicapées, en particulier avec celles qui sont isolées, qui sont moins entreprenantes ou ont honte d’insister auprès de leurs connaissances et des inconnus, qui ne peuvent pas faire entendre leur voix et n’ont personne pour se mobiliser pour elles, pour leur donner la parole et/ou les aider à la prendre. Si je garde le titre – une trace de l’ancien article -, c’est parce que je pense à elles et que c’était une façon de contribuer un tout petit peu à ce qu’on parle plus de leur situation.

Sauvons la librairie Lady Long Solo ! Halte à la destruction des librairies indépendantes! Pétition à la Mairie du 11ème

Certes, ce n’est pas le sujet du blog. Mais j’ai toujours aimé les librairies de quartier, qui néolibéralisme culture disparition,lady long solo librairie pétition,librairie indépendante livre néolibéralisme,édiction livre culture capitalisme financier,paris librairies de quartier,accès à la culture prix argent,sauver librairies indépendantes,consommation biens culturels capitalisme,culture consommation loisirs capitalismeont une âme, une vraie individualité, et sont des lieux de rencontre entre amateurs de culture. Ce sont de telles librairies, ainsi que des bibliothèques, qui m’ont donné le goût de la lecture. Et je serai toujours prête pour toute action visant à défendre les bibliothèques publiques et les librairies de quartier.

Si on laisse faire, chaque établissment culturel et tout ce qui a trait à la culture, ainsi que ses médiateurs, disparaîtront peu à peu, chacun de façon isolée, donc moins visible. C’est le sort réservé à la culture par un néolibéralisme qui n’en a que faire, en tout cas de celle qui sort du strict commerce. Pour l’idéologie néolibérale, la culture au sens propre du terme est dangereuse, puisque des individus cultivés, informés et qui agissent donc en connaissance de cause, en citoyens avisés, sont plus difficiles à dompter et à réduire au stade de travailleurs obéissants et de consommateurs de loisirs et de divertissements de type émissions TF1.

J’appelle tous les amateurs de la culture, tous les opposants à la tendance actuelle qui transforme Paris en une juxtaposition de monuments envahis par les touristes, quartiers sans âme, bureaux, boutiques et restaurants et fast-food, où les logements hors de prix ne laissent à terme que les plus fortunés, à signer la pétition demandant une préemption municipale par la mairie du 11ème arrondissement. Il suffit de cet acte pour que la librairie « Lady Long Solo » (38 rue Keller, Paris 75011), lieu de rencontres et d’échanges culturels, continue à faire le bonheur du quartier, par son choix indépendant et éclairé de livres permettant à des petits éditeurs, snobés par les granges enseignes, de se faire connaître et de continuer à publier de la bonne littérature, écrire en dehors du cirque médiatique.

Si nous ne faisons rien, Lady Long Solo, incapable de payer des loyers prohibitifs, tombera dans les mains de promoteurs qui en feront une boutique de fringues, dont le quartier regorge déjà…

Voici le texte de la pétition. Merci de diffuser largement !

Lire la suite »

« Sarkozy, bilan de la casse ». « L’abécédaire des maux du sarkozysme ». Constats et propositions de la Fondation Copernic

Les éditions Syllepse viennent de publier (en février 2012) l’ouvrage « Sarkozy : bilan de la casse », nicolas sarkozy bilan réformes,sarkozy bilan de la casse,abécédaire des maux du sarkozysme,néolibéralisme communication image politique,campagne éléctorale nicolas sarkozy programme,économie réformes protection sociale,fondation copernic nicolas sarkozy propositions,nicolas sarkozy chômage santé pouvoir d'achat,media lobbying communication influencedans la collection « Les notes et documents de la Fondation Copernic » (144 pages, 7 euros) ; le même texte est disponible aussi sous forme de hors série de l’Humanité sous le titre « L’abécédaire des maux du sarkozysme ».

C’est un ouvrage à lire impérativement, afin de voter en connaissance de cause et de ne pas (ou ne plus) se laisser endormir par les berceuses d’une équipe à laquelle il faut reconnaître un grand mérite : elle est inégalée en communication. Cette communication se fait grâce à l’emprise sur des media serviles – soit par conflits d’intérêts, soit par autocensure -, où le journalisme d’investigation n’existe plus. Ces media nous désinforment en habillant (à peine) les communiqués de presse reçus des lobbyistes et autres agences de communication travaillant pour les industriels et autres « acteurs de la vie économique », acteurs de ce monde des affaires – dans tous les sens du terme – que Nicolas Sarkozy voulait promouvoir en allégeant le droit des affaires, par exemple pour ne plus embêter des entrepreneurs aussi exemplaires que les laboratoires Servier par des lourdeurs administratives et autres contrôles.  

Cette communication fabrique l’opinion par des méthodes d’influence et de persuasion pourtant bien connues, mais néanmoins toujours aussi efficaces, dans un monde où, justement, c’est l’opinion qui domine, car l’avis en connaissance de cause ne peut plus se former, la citoyenneté ne peut plus se construire et s’exprimer, puisque cette emprise empêche l’espace public politique (la Öffentlichkeit des philosophes) de se construire.

Nous finissons par reprendre, comme si c’était notre avis mûrement réfléchi, l’essentiel de la désinformation que l’on nous sert à toutes les sauces : Nicolas Sarkozy aurait sauvé l’Europe… en cautionnant la pseudo-politique économique qui ne sert que les intérêts de l’Allemagne et finira par mettre l’Europe à genoux ; il aurait « moralis[é] le capitalisme »… d’une façon qui démonétise le mot « morale » tout comme le mot « réforme », jusqu’à les rendre synonymes de régression, d’involution sociale, de collusions, copinages, conflits d’intérêts… Et ainsi de suite.

[Parenthèse sans rapport avec le livre: j’ai essayé de contribuer un peu, sur ce blog et ailleurs, à l’analyse des exploits de Nicolas Sarkozy et de son équipe en matière de conflits d’intérêts, lobbying et collusions avec l’industrie pharmaceutique et les « industries de la santé » (le terme même en dit long…). Pour ce qui est des collusions avec les industriels intervenant dans tous les aspects de la prise en charge des personnes âgées (maladie, assurances et mutuelles, maisons de retraite…), j’ai publié en mars 2009 une longue analyse des relations étroites de Nicolas Sarkozy et de ses frères avec ceux qui font du profit sur le dos de nos grand-parents. L’article, largement repris depuis 2009 par les rares media indépendants, s’appelle « Conflits d’intérêts des frères Sarkozy, plan Alzheimer et mutuelles obligatoires pour le profit de Sanofi et des assurances ».

Ce n’est que l’une des mailles du filet, en matière de santé, mais elle est typique et aide à comprendre quelle est la vraie raison de certains choix économiques – franchises médicales et autres ponctions des patients, maladie d’Alzheimer comme priorité de santé publique, partenariats public/privé, restructuration de la recherche publique… – qui favorisent les intérêts privés et les profits des industriels, mais nous sont présentés par la communication comme relevant des meilleures intentions de promouvoir la santé publique et d’un volontarisme politique inégalé. Il en va de même pour la loi de Xavier Bertrand, de réforme de la chaîne du médicament, introduisant certaines mesures cosmétiques dues de longue date, compte tenu du retard français en la matière, mais qui ne changeront en rien la nature structurellement pharma-amicale de notre système de santé et de soins, donc les risques pour la santé publique. (Voir les billets sur tous ces sujets à partir de la liste des catégories à gauche de la page.)]

Nous sommes désinformés en permanence. Aussi, lorsque des analyses indépendantes arrivent à voir le jour, il faut impérativement les lire. Lisons ce bilan de Nicolas Sarkozy, de son gouvernement et son administration, cet ouvrage que l’Humanité présente comme un « manuel de campagne » : « De A à Z, les principales mesures du quinquennat sont décryptées par 64 auteurs réunis par la Fondation Copernic. De AAA à Vidéosurveillance, en passant par Bouclier fiscal, Gandrange, Enseignants, Roms, RGPP ou encore Kadhafi, près de 130 mots sont rassemblés dans ce hors série que l’Humanité publie en partenariat avec la Fondation Copernic. Les auteurs, pour l’essentiel des responsables d’associations, de syndicats, des acteurs et chercheurs du mouvement social, passent au crible le bilan du quinquennat, de A à Z. »

Lire la suite »

Alter dictionnaire médico-pharmaceutique bilingue de Pierre Biron, par Fernand Turcotte

pierre biron alter dictionnaire logo.jpg

Par le Pr Fernand TURCOTTE

 

Pierre Biron est professeur honoraire de pharmacologie à l’Université de Montréal. Une présentation plus détaillée de ses activités et de ses engagements est comprise dans l’introduction aux deux articles déjà publiés dans Pharmacritique : « La pharmaco-prévention dans les unités de soin de longue durée : un acharnement à dénoncer » (le 24/08/2011, sur cette page) et « Entrevue virtuelle avec Jean Peneff: « La France malade de ses médecins » » (01/02/2011, sur cette page).


Pierre Biron continue de mettre à jour chaque mois son Alter dictionnaire médico-pharmaceutique bilingue, déjà présenté par Mme Pasca.

Son objectif est que l’analyse critique de l’univers médico-pharmaceutique puisse se répandre en français et contribuer à une métamorphose de notre attitude envers la médecine et le médicament.
Cet ouvrage est évolutif et bilingue, engagé à documenter la surmédicalisation, la surmédicamentation, la corruption du savoir médical, la « pharma-co-dépendance » et les intérêts particuliers.

Il est destiné aux journalistes, enseignants et observateurs bilingues de la scène médico-pharmaceutique, cherchant à comprendre les termes dans leur contexte et interpréter les discours des acteurs du médicament. Un projet sans but lucratif, sciemment biaisé en faveur des patients et de l’intérêt public, contenant 2 250+ articles et 1 400+ références dans la version de février courant (2012).

Son auteur souhaite que vous le partagiez avec les collègues en raison de vos convictions, et la citation de courts extraits est encouragée. Il est mis à jour et enrichi chaque mois, hébergé sur le site de l’Encyclopédie de l’Agora, site piloté par le philosophe québécois Jacques Dufresne.

L’adresse URL est

http://alterdictionnaire.homovivens.org/

et le téléchargement est gratuit.