La FDA enquête sur le risque suicidaire des antidépresseurs, antiépileptiques, Champix, Singulair…

(Mise à jour à la fin: liens et liste de certains psychotropes concernés)

 

Nous avions parlé de l’alerte de la FDA (agence états-unienne du médicament) à propos du risque suicidaire sous antiépileptiques. Quant aux psychiatrie en crise BMJ.jpgantidépresseurs, cet effet indésirable est connu depuis longtemps et, aux Etats-Unis, un label noir (black box warning) portant là-dessus dissuade les médecins de les prescrire aux moins de 24 ans.

 

Vu le nombre de signalements à la pharmacovigilance et les exigences de certains chiens de garde, la FDA a lancé fin août une enquête sur le risque de suicide et d’idéation suicidaire induits par certains médicaments tels Prozac (fluoxétine), Deroxat / Seroxat (paroxétine), Zyban (buproprion) et Zoloft (sertraline), les antiépileptiques Lyrica (prégabaline) et Neurontin (gabapentine), l’aide au sevrage tabagique Champix (varénicline) ainsi que l’anti-acnéique Roaccutane (isotrétinoïne).

Lire la suite »

Un organisme public britannique pousse un dirgieant de GSK à la démission

Quand les media font leur travail…1530613941.jpg

En Grande-Bretagne, la firme GSK a obtenu un contrat faramineux pour son Cervarix (vaccin anti HPV supposé protéger contre deux souches de papillomavirus à haut risque cancérigène, impliquées dans le cancer du col de l’utérus: HPV 16 et HPV 18). Peu après, l’un des dirigeants de cette firme a été nommé conseiller d’un organisme public appelé OFSTED, chargé de l’inspection scolaire (!). Or certains media critiques ont souligné à juste titre les conflits d’intérêts inhérents dans ce genre de mélange privé – public et rappelé des épisodes peu glorieux de l’histoire de GSK.

Lire la suite »

« Médicaments dangereux : les Européens tenus dans l’ignorance », rappelle Donald Light dans la revue Prescrire

Donald W. Light, professeur à l’université du New Jersey, signe un article intéressant dans la revue Prescrire du 15 juillet : Médicaments dangereux : 1511975573.jpgles Européens tenus dans l’ignorance. En voici le texte, qui se passe de commentaires : 

« Les journaux et les programmes d’information télévisée en Europe abordent très peu ce sujet pourtant vital. Ayant été invité en Europe à faire une recherche sur les médicaments, je me suis demandé pourquoi la presse européenne parlait si peu des dangers qu’ils présentent. Les lecteurs européens ne souhaitent-ils donc pas être informés de leurs risques ? Les rédacteurs de la presse écrite et de la télévision pensent-ils que ces informations ne sont pas importantes ? Chaque mois une nouvelle affaire est révélée, il serait facile d’en faire un article. 

Lire la suite »

Cadeaux de l’industrie pharmaceutique aux médecins pour influencer les prescriptions

Voici un reportage de la chaîne de télévision américaine CBS, qui cite un rapport parlant de 57 conflits d'intérêts médecine industrie pharmaceutique,corruption médecine industrie pharmaceutique,influence pharmaceutique médecine,zoloft sertraline suicide,cadeaux industrie pharmaceutique médecins,psychotropes effets indésirables,antidépresseurs effets indésirables,pfizer conflits d'intérêts corruption,antidépresseurs suicide,conflits d'intérêts psychiatrie,charles grassley,surprescription de psychotropes,médicalisation surmédicamentationmilliards de dollars payés chaque année par les firmes pharmaceutiques aux médecins pour influencer leurs prescriptions. Ce qui induit des conflits d’intérêts, voire de la corruption, et des biais à tous les niveaux de la chaîne du médicament.

Le reportage peut être visionné sur cette page, qui contient aussi une transcription intitulée « Are Perks Compromising MD Ethics ? » (« Les cadeaux compromettent-ils l’éthique médicale ? »).

Le point de départ est le suicide d’une jeune fille de 12 ans alors qu’elle était traitée par l’antidépresseur Zoloft° (sertraline). Mais il y est question aussi des enquêtes du justicier Charles Grassley, auquel Pharmacritique devrait proposer d’être membre d’honneur…

Lire la suite »

Une étude suédoise estime à 3% le taux de décès par effets indésirables des médicaments. Les antidépresseurs arrivent en troisième position

L’incidence des effets indésirables mortels des médicaments est estimée à 5% parmi les patients hospitalisés dans les pays occidentaux. 1800579362.jpgMais il n’y a pas de données sur la mortalité par iatrogénie médicamenteuse dans la population générale. Une équipe suédoise et norvégienne s’est penchée sur le sujet en étudiant le registre des causes de décès pour l’année 2001 dans trois départements de Suède. Les résultats sont parus sous le titre Incidence of fatal adverse drug reactions: a population based study. Karin Wester et al, British Journal of Clinical Pharmacology, Volume 65 Issue 4 Page 573-579, April 2008.

Lire la suite »

Vioxx: Merck a dû payer 4,85 milliards de dollars. Articles édifiants et interview avec le lanceur d’alerte

La prise de position du Journal of the American Medical Association (JAMA), que nous avons traduite dans cette note, partait de l’affaire de David Graham MSNBC.jpgl’anti-inflammatoire Vioxx (rofécoxib). Les exploits prodigieux de ce médicament sont parfaitement résumés dans ce gag vidéo

Répondant au JAMA, la firme Merck dit qu’elle « s’est toujours conformé[e] à des normes élevées d’intégrité scientifique et d’éthique »… Bon exemple de cynisme. Lors des procès mettant en cause le Vioxx (rofécoxib), il a été prouvé que la firme a fait des efforts pour minimiser les risques de morbidité et de mortalité cardiovasculaire. Elle a exercée son influence même au sein l’agence américaine du médicament (FDA), où l’épidémiologiste David Graham a subi de fortes pressions pour se taire. Mais c’est quand même lui qui a lancé l’alerte, et il est depuis sous la protection du sénateur Charles Grassley, le critique le plus avisé des dérapages de l’industrie pharmaceutique. (Rappelons que c’est le tandem Graham – Grassley qui a aussi lancé l’alerte publique à propos d’Avandia (rosiglitazone)).

Merck a payé début novembre 2007 4,85 milliards de dollars pour contenir les actions collectives en justice et dédommager les victimes qui avaient réussi à constituer à temps un dossier complet.

Lire la suite »

Possible augmentation du taux d’accidents vasculaires cérébraux sous Spiriva (tiotropium)

Dans un communiqué en date du 18 mars 2008, la FDA (agence américaine de sécurité sanitaire) rend publique une 6fcf8500608734478c9ae2cf74e2383d.jpginformation préliminaire reçue des la firme Boehringer Ingelheim concernant SPIRIVA (bromure de tiotropium monohydrate). Il s’agit du premier bronchodilatateur anticholinergique de longue durée d’action, indiqué dans le traitement continu des bronchospasmes chez les patients souffrant de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). La FDA attire l’attention sur une possible augmentation des accidents vasculaires cérébraux chez les patients traités par Spiriva. Ces données sont préliminaires et résultent d’une revue d’ensemble de 29 études contrôlées faite par la firme Boehringer Ingelheim et comprenant au total autour de 13.500 patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive.

Lire la suite »

Antiépileptiques : risque de suicide, dit l’agence américaine du médicament

L’agence américaine du médicament (FDA) a émis le 1er février 2008 un communiqué informant professionnels de santé et patients sur le risque d’apparition d’une dépression, de tendances suicidaires et d’idéation suicidaire chez les patients traités par antiépileptiques.

Ont été étudiés directement les antiépileptiques suivants: CARBAMAZEPINE (Tegretol, Carbatrol, Equetro), FELBAMATE (Felbatol), GABAPENTINE (Neurontin), LAMOTRIGINE  (Lamictal), LEVETIRACETAM (Keppra), OXCARBAZEPINE (Trileptal), PREGABALINE (Lyrica), TIAGABINE (Gabitril), TOPIRAMATE (Topamax), VALPROATE (Depakote, Depakote ER, Depakene, Depacon), ZONISAMIDE (Zonegran).

Je cite le principe actif en premier, parce que certains noms peuvent être différents en France. La mise en garde sera incluse aussi dans les notices américaines des autres antiépileptiques.

Lire la suite »

Données sur les effets indésirables mortels aux Etats-Unis. Iatrogénie et erreurs médicales : le tabou français

Voici un article qui donne de quoi réfléchir sur les risques qu’il y a à faire mauvais usage de la iatrogénie médicaments victimes,chiffres victimes effets indésirables,erreur médicale chiffres,victimes accident médicament,responsabilité médicale erreur médicale prescription,surprescription surmédicalisation surconsommation médicament con,mort effets indésirables médicaments,omerta risques médicamentsmédecine et de tous ses instruments et outils. Il s’appelle Death by Medicine. Je viens de trouver une traduction française, pas extraordinaire, mais ce ne sont pas ses qualités littéraires qui comptent… Elle complète les notes de la catégorie « Désinformation médicale » et les autres, accessibles à partir de la liste alphabétique des sujets dans la colonne de gauche du blog.

Le titre en anglais suggère à la fois la mort causée par la médecine et par les médicaments. Mort sur ordonnance, en gros, pour désigner les conséquences les plus graves de la « iatrogénie ». La surmédicalisation a pour conséquence la surconsommation de médicaments, qui peuvent tuer par leurs effets indésirables, les réactions entre eux et avec des produits phytothérapeutiques et autres remèdes naturels, le non respect des contre-indications, la non prise en compte par les médecins des plaintes des patients, la sous-notification des effets indésirables, la désinformation par l’industrie pharmaceutique et par des instances de pharmacovigilance qui ne font pas leur travail correctement, etc.

Le terme « iatrogénie » désigne « l’ensemble des évènements indésirables consécutifs à l’action médicale ; cette action pouvant être effectuée par des médecins, le personnel para-médical et tout personnel de santé habilité. La iatrogénie regroupe, selon le vocable utilisé dans la Loi du 4 mars 2002, les accidents médicaux, les affections iatrogènes et les infections nosocomiales ».

Lire la suite »

Actonel, Boniva, Fosamax, Adrovance… Bisphosphonates et nécrose de la mâchoire (suite)

Voici une synthèse de plusieurs travaux présentés lors d’un congrès de chirurgie maxillo-faciale et bonviva effets indésirables nécrose,actonel effets indésirables,zométa effets indésirables,fosamax effets indésirables,didronel,ostéoporose médicaments effets secondaires,fosamax ostéoporose,bisphosphonates effets indésirables,traitement de l'ostéoporose,ostéopénie fosamax,remodelage osseux bisphosphonates,fosamax nécrose de la mâchoire,bonviva nécrose de la mâchoire,ostéonécrose de la mâchoire bisphosphonates,ostéoporose invention de maladiesde stomatologie qui a eu lieu en 2006 à Saint-Gall (Suisse). Elle a été publiée par la Revue Mensuelle Suisse d’Odontostomatologie en mai 2006. Les auteurs considèrent qu’il s’agit d’une « épidémie émergente ». Quelques extraits (commençant par une description, qui nous permet de comprendre le mode d’action de ces médicaments), suivis de deux autres liens.

« Ostéochimionécroses associées aux biphosphonates: ce n’est que la pointe de l’iceberg! »

Lire la suite »

Que valent EZETROL et INEGY en termes de bénéfice clinique?

Je ne parle pas de leur valeur financière pour les firmes Merck et Schering, suite à des publicités ezétrol efficacité bénéficerisques,inegy bénéficesrisques,statines ezétrol bénéfice clinique,cholestérol facteur de risque cardiovasculaire,merck traitement anticholestérol,schering plough traitement anticholestérol,ezétrol effets secondaires,inégy effets indésirables,inégy réduction mortalité cardiovasculairecomme celle-ci, ni de la cotation en Bourse de ces derniers… mais de la valeur de ces médicaments dans le traitement de l’hypercholestérolémie.

Pour le savoir, rien de tel que de jeter un coup d’oeil aux revues médicales indépendantes, et surtout à l’excellente Arznei-Telegramm (« Télégramme du médicament », Allemagne), qui bataille depuis 38 ans pour une information médicale indépendante, contre les conflits d’intérêts des médecins, experts, etc. Qui refuse toute publicité et tout financement par l’industrie pharmaceutique et a sa propre base de données sur les médicaments. Voici les principales réactions depuis 2002, suivies par un communiqué de presse de la revue Prescrire (octobre 2006).

Lire la suite »

Fosamax, Bonviva, Actonel, Adrovance… Nouvelle alerte à propos de l’ostéonécrose de la mâchoire

Dans une Lettre aux prescripteurs du 18 décembre 2007, l’AFSSAPS/actonel effets secondaires,fosamax effets indésirables,bonviva effets indésirables,zometa aclast effets secondaires,nécrose ostéonécrose de la mâchoire bisphosphonates,fosamax nécrose ostéonécrose de la mâchoire,ostéoporose ostéopénie dépistage prévention traitement densitomé,traitement ostéoporose ostéopénie bisphosphonates,fosamax bisphosphonates diphosphonates effets indésirables évaluANSM (agence française de sécurité sanitaire) revient sur l’un des effets secondaires graves de la classe de bisphosphonates, que nous avons signalé dans une note plus ancienne : l’ostéonécrose de la mâchoire. (Pour des raisons inexpliquées, la note n’est accessible qu’en descendant sur la page, pas en cliquant sur le lien à droite…).

Lire la suite »

Bonviva, Fosamax, Actonel, Zometa… douleurs musculaires et articulaires. Alerte états-unienne

Je fais cette note en pensant à ces personnes qui se plaignent de douleurs atroces et de longue actonel effets indésirables,fosamax effets indésirables,bonviva effets indésirables,zometa effets secondaires,bisphosphonates effets indésirables efficacité rapport bénéfices,prévention de l'ostéoporose ostéopénie,bisphosphonates douleurs musculaires douleurs articulaires,ostéopénie ostéoporose prévention dépistage densitométrie traite,disease mongering surmédicamentation surmédicalisation ostéoporodurée sous BONVIVA et d’autres médicaments de la classe des bisphosphonates, et qui ne sont pas prises au sérieux par leurs médecins. On connaît le désintérêt quasi-général des médecins pour les effets secondaires, qu’ils ne signalent d’ailleurs que très rarement à la pharmacovigilance. Cette attitude ajoute la souffrance morale à la souffrance physique des patients.

Les principaux médicaments concernés sont: l’acide alendronique (Fosamax), l’acide ibandronique (Bonviva, Bondronat), l’acide pamidronique (Aredia, Merck-Pamidronate), l’acide clodronique (Bonefos, Clastoban, Lytos, Ostac), l’acide étidronique (Didronel, Osteodidronel), l’acide risédronique  (Actonel), l’acide tiludronique ou tiludronate (Skelid), l’acide zolédronique (Aclasta, Zométa, Reclast).

Lire la suite »

La Déclaration sur la pharmacovigilance épingle la désinformation organisée sur les effets secondaires des médicaments

(Texte repris du blog « Victimes Enantone, Décapeptyl » (de l' »Association Victimes Enantone – agonistes GnRH »), parce qu’il reflète un pills_and_money.jpgproblème d’intérêt public et concerne TOUS les médicaments.)

« Le silence sur les effets secondaires de l’Enantone, Décapeptyl, Zoladex, Synarel, etc. n’est qu’un exemple qui illustre l’omerta généralisée et entretenue (par tous ceux qui en bénéficient) à coup de financements de l’industrie pharmaceutique. Et ce n’est pas la santé des patients qui en bénéficie… (…) Toute victime d’un médicament ou d’un vaccin essayant de faire reconnaître les effets indésirables se heurte à ce mur d’argent, qui est le véritable nerf de la guerre… Tout le monde devrait lire ce texte et l’imprimer pour ses médecins et pharmaciens. Au cas où ils prétendraient ignorer les choses…

Pour ceux qui n’ont pas la patience de lire les 16 pages, voici les grandes lignes de la Déclaration sur la Pharmacovigilance faite à Berlin en 2003 par la Société Internationale de Bulletins Pharmacologiques (ISDB : International Society of Drug Bulletins), indépendante de l’industrie pharmaceutique, sur la (dés)information en matière d’effets secondaires. En font partie l’excellente revue allemande Arznei-Telegramm et la revue Prescrire, que nous devrions tous prescrire à nos médecins, infirmiers et pharmaciens… (…)

Lire la suite »