Le LEEM : entre beaux discours éthiques humanitaires et pratique dans les pays pauvres

Le LEEM (Les entreprises du médicament, syndicat de l’industrie pharmaceutique) ne faisait-il pas savoir en criant sur tous les toits qu’il allait se doter d’une charte de 78673365.jpgdéontologie volontaire (sic) ?

Il semble bien que ce n’était qu’un effet d’annonce, comme nous l’avions dit. Parce que dès qu’il s’agit de faire le moindre effort pour concrétiser ces vertus supposées – on est priés de croire qu’elles existent et d’applaudir l’intention, sans plus – le LEEM s’en lave les mains… A titre d’exemple, voyez la triste fin d’une belle idée : la redistribution des médicaments non utilisés en France, rassemblés par Cyclamed et envoyés dans des pays pauvres. Ou alors « donnés à des associations présentes en France. L’équivalent de 8 à 10 millions d’euros de dons était ainsi redistribué », nous dit Le Monde dans l’article Les ONG privées de la manne des remèdes non utilisés (7.08.08).  Mais le LEEM refuse de payer et, sans lui, tout le système de collecte et de redistribution risque de s’effondrer.

Elle n’aura pas fait long feu, l’éthique à la sauce financière…

L’éthique et la déontologie volontaires de l’industrie pharmaceutique s’arrêtent là où commencent leurs intérêts financiers, c’est-à-dire d’emblée. Les beaux discours du marketing pharmaceutique, mâtiné de références éthiques, sont faits pour mieux vendre des médicaments dans les pays riches, à des usagers bien-portants surmédicalisés et surmédicamentés, pas dans les pays pauvres, à des gens qui en auraient besoin mais ne peuvent pas payer.

Photo: ONU

 

Elena Pasca

3 réflexions au sujet de “Le LEEM : entre beaux discours éthiques humanitaires et pratique dans les pays pauvres”

  1. Merci, Justin!
    Je suis morte de fatigue ces jours-ci, et ça ne manque pas de se traduire dans les notes… Mais là, j’ai battu des records, avec une faute par cm carré… Et sans même les voir.
    Mes excuses pour les réponses en retard – je souffre de retardite chronique; si, si, c’est une maladie 😉 et cette chère (et autrement si inventive) industrie pharmaceutique n’a pas encore trouvé de remède pour ça 😦
    Merci pour vos commentaires et votre participation – ça apporte beaucoup, ça stimule et ça fait du bien. Les vertus thérapeutiques bien maîtrisées de la communication…
    Bien cordialement.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s